Pratique du français

3 ans de soutien par ADS, Asta témoigne, Janvier 2019 – Octobre 2021

Bien plus qu’un soutien….

Je me suis décidée à fuir mon pays en 2016. La Centrafrique était plongée depuis déjà des années dans une guerre civile entre bandes armées. Aucun avenir n’était envisageable. J’ai laissé provisoirement mes enfants à la garde de mes parents et je suis partie seule pour la France, sans projet véritable, juste dans l’espoir de trouver un avenir possible et de créer les conditions pour que mes enfants me rejoignent rapidement. Je suis arrivée à Paris le 7 août 2016, accueillie par mon beau-frère. J’avais heureusement des contacts auprès d’amis dans la région parisienne et pendant la première année, j’ai dû vivre chez les uns et les autres, pour quelques jours ou quelques semaines.

Ma principale préoccupation, en dehors du logement, fut déjà de régulariser mon statut de migrante, ce qui n’est pas simple sans adresse fixe ni travail. Ce n’est qu’au bout d’un an de démarches incessantes que j’ai réussi à obtenir une autorisation de séjour de 10 ans. Cette régularisation marqua le début de mon insertion. J’ai pu enfin m’inscrire à Pôle Emploi en espérant trouver rapidement un travail auprès de bébés ou de jeunes enfants, ce que je faisais déjà en Centrafrique. En France, c’était déjà plus compliqué. Pôle emploi m’a vite fait comprendre que, sans diplôme, sans qualification, sans expérience reconnue, et surtout sans maîtriser parfaitement le français, je n’avais pas beaucoup de chances de trouver un emploi rapidement. J’ai donc commencé à Asnières, grâce à Pôle Emploi, une remise à niveau en français, tout en faisant des ménages et en m’occupant de personnes âgées. C’est à cette époque que le CCAS m’a proposé un hébergement à Bourg La Reine, au CHRS Auxilia, et c’est là que j’ai eu un premier contact avec l’association ADS.

Je trouvais enfin des gens qui allaient m’ouvrir plusieurs portes, non seulement pour m’apporter un soutien continu dans ma recherche d’emploi, pour me conseiller, mais aussi pour me faire découvrir des tas d’activités qui m’ont donné une nouvelle confiance en moi. Grâce à des cours de français et la rédaction d’un CV avec Michel Giraud, l’association m’a permis de signer un contrat de professionnalisation avec l’agence Babychou pour travailler comme auxiliaire parentale, puis m’a poussée à préparer un CAP, Certificat d’Aptitude Professionnelle pour la petite enfance. Durant cette formation, Michel Pays m’a beaucoup aidée pour préparer le CAP que je menais en alternance avec un travail comme auxiliaire parentale.

En juillet 2020, quatre ans après mon arrivée en France, je passais avec succès mon CAP petite enfance, un premier diplôme que je n’ai malheureusement pas pu fêter avec mes amis comme il se doit, c’était le début du premier confinement. Je devais faire des stages de qualification et le soutien d’ADS s’est poursuivi, et s’est concrétisé pour cette rentrée de septembre 2021 par un emploi à la crèche municipale de Chatenay-Malabry après une période d’essai d’un mois suivie d’un CDD de 6 mois. Je suis donc maintenant officiellement agent technique auxiliaire auprès de bébés de 6 à 11 mois. Je m’occupe, avec une collègue référente, de l’accueil des parents, des jeux avec les bébés, des repas, de la sieste … Tout se passe bien ! et en plus, je viens de quitter Auxilia pour un logement autonome … enfin chez moi !

Je dois ajouter que l’association ADS m’a apporté bien plus qu’un simple soutien pour ce parcours professionnel. En suivant de nouvelles activités, c’est aussi une nouvelle vie que j’ai pu découvrir en suivant avec passion la plupart des activités proposées par les bénévoles d’ADS, des activités que je n’avais jamais envisagées, dont j’ignorais souvent tout. J’ai pu faire ainsi de la peinture, de la couture, fabriquer des bracelets, faire du Yoga, de la sophrologie, une activité que je pratique encore. J’avais une véritable boulimie d’activités…J’ai même participé à la construction d’un poulailler malgré le peu de sympathie que m’inspirent les poules.

Aujourd’hui  je peux dire que j’ai trouvé auprès des responsables et des bénévoles d’ADS une véritable famille. Je n’oublie pas pour autant ma vraie famille et mes enfants. Mon plus grand espoir, mon prochain but, c’est de réunir les conditions pour recevoir au plus vite mes enfants restés en Afrique, dès que j’aurai trouvé un logement plus grand que celui que j’occupe actuellement à Meudon.

Je voudrais envoyer un petit message à ma nouvelle famille, aux bénévoles d’ADS mais aussi aux personnes aidées par ADS : surtout, ne vous découragez jamais. J’ai pu constater que certaines personnes bénéficiant du soutien de l’association considèrent ce soutien comme un dû et ne font pas toujours d’effort pour faciliter le travail des bénévoles, en arrivant en retard, en ne respectant pas toujours les rendez-vous, ce qui entraîne parfois un sentiment de découragement pour le bénévole. Il n’est pas toujours facile d’avouer le besoin d’un soutien tout comme il n’est pas toujours facile d’apporter ce soutien. Des deux côtés, cela demande du courage.

Je pense ne m’être jamais découragée, n’avoir jamais douté. J’envisage d’ailleurs de proposer à Wei Ying de devenir bénévole à mon tour, pour initier à la cuisine africaine … Voilà, le message est lancé.

Stage d’engagement citoyen à l’ADS : Juin-Juillet 2021

Témoignage de mon stage d’engagement citoyen

Etudiante en école d’ingénieurs à l’EPF Troyes, j’ai effectué durant six semaines, pendant les mois de juin et juillet, un stage Engagement Citoyen au sein de l’ADS. Le programme de ce stage était d’assurer d’une part une mission de soutien auprès d’enfants et d’adolescents comme une bénévole lambda de l’Association, et d’autre part  de réaliser une enquête téléphonique auprès des adhérents de l’association avec une synthèse de toutes les réponses. Les actions de soutien que j’ai effectuées étaient principalement avec des enfants-ados car c’était le public avec qui j’étais le plus à l’aise.

Tout d’abord, je suis beaucoup allée au HUDA (Aurore) pour faire des ateliers avec les enfants qui y vivent. Nous nous installions dans une grande salle d’activités très lumineuse et agréable où nous faisions principalement des jeux de société et de la lecture. Il nous est arrivé aussi de préparer des projets plus ambitieux comme lors du 14 juillet où tous les enfants étaient déguisés avec des dons récupérés. Lorsque les enfants avaient encore école, Clarisse et moi faisions aussi de l’aide aux devoirs. J’ai adoré aller au HUDA, les enfants sont très gentils et je sens qu’ils sont vraiment contents quand il y a des bénévoles. En savoir plus…

L’animation du bénévolat à ADS en 2021

Ariane, Esculape, Eurêka, Molière …

Mais que se cache-t-il derrière ces quatre noms ?

Nous avions depuis plusieurs mois la volonté de renforcer l’animation du bénévolat à ADS. En effet avec la croissance continue du nombre de bénévoles et l’extension des demandes en matière de soutien, les quelques temps d’échanges conviviaux de l’association et les rencontres informelles ne suffisaient plus. Il nous fallait un dispositif pour permettre aux bénévoles de se connaître, échanger sur les pratiques et les outils pédagogiques, s’entraider. Dans quel but ? Celui d’améliorer le service rendu aux bénéficiaires tout en créant un environnement plus stimulant et convivial entre bénévoles.

C’est ainsi que dès fin 2020:

  • Le groupe baptisé Eurêka réunit les bénévoles qui assurent un soutien scolaire en math, physique et/ou  chimie. Depuis sa création, le groupe développe une abondante documentation scolaire mise à la disposition de tous ses membres, assure les remplacements en cas d’absence de l’un d’entre eux, échange sur les expériences accumulées, les difficultés et les solutions mises en œuvre.  Ce groupe est animé par Alain Esterle.                 

Puis, début 2021, nous avons créé 3 autres groupes :

  • Le groupe Ariane, animé par Patricia Elsen, qui réunit les bénévoles qui font du coaching professionnel et de l’accompagnement vers l’emploi. Depuis sa création, le groupe a partagé ses expériences et réfléchi sur ce que le coaching recouvre auprès de bénéficiaires en réinsertion. Il a réussi à réunir au pied levé une équipe pour aider un groupe d’étudiants d’Initiatives à préparer leur recherche de stage obligatoire.
  • Le groupe Esculape  (Dieu gréco-romain de la médecine) animé par Laurence Esterle, réunit les professionnels de santé qui dispensent des soins et des conseils sur la santé. Depuis sa création, le groupe a animé une conférence sur la vaccination Covid’19 à destination des adhérents et tient une permanence médicale au centre Huda Aurore chaque semaine. Depuis janvier, plus de 60 personnes ont bénéficié d’une consultation médicale, et beaucoup d’entre eux, sans assurance maladie, ont pu être traités grâce aux médicaments fournis gracieusement par les adhérents d’ADS.
  • Et le groupe Molière animé par Christine Vinée-Jacquin. Il réunit tous les bénévoles qui œuvrent pour l’apprentissage du français : FLE (français langue étrangère) et alphabétisation. Le groupe met en commun des ressources, des outils, constitue une bibliothèque d’ouvrages adaptés et organise des rencontres pour que les bénévoles partagent leurs expériences, interrogations et méthodes afin d’accompagner au mieux les apprenants en fonction de leurs besoins.

Ces groupes permettent à chaque bénévole de s’enrichir des pratiques des autres, de mener des ateliers collectifs plus ambitieux faisant intervenir plusieurs bénévoles, partager des idées … et bien sûr se sentir moins seul en cas de difficulté.

Les groupes actuels reflètent les domaines où l’activité de soutien est la plus développée aujourd’hui : d’autres groupes pourront être créés dès lors que plusieurs bénévoles interviennent sur une même discipline

Un début d’année bien actif au HUDA AURORE – Janvier 2021

Les bénévoles d’ADS expriment leur solidarité envers les personnes hébergées au HUDA AURORE

Engagé dans le plan Migrants depuis 2015, l’association Aurore s’est fortement mobilisée afin de mettre à l’abri les personnes évacuées des campements en Ile-de-France et en province. Son objectif est de fluidifier le parcours des demandeurs d’asile, réduire au minimum le temps passé à attendre l’aboutissement de leurs démarches et répondre à leurs besoins essentiels : hygiène, repas, hébergement, accompagnement social.

Depuis la signature de la convention entre ADS et le HUDA  (Hébergement d’Urgence pour les Demandeurs d’Asile) AURORE le 8 janvier, les bénévoles d’ADS se proposent pour aller aider les personnes hébergées au HUDA. Déjà deux personnes peuvent bénéficier de cours de français, et des ateliers sont programmés chaque semaine : un cours de yoga et un cours de sophrologie, un atelier-jeux pour enfants.
L’accès aux soins a été très vite repéré comme un besoin crucial. Le HUDA a installé « un cabinet médical » et dès sa première permanence, le Dr. Laurence Esterle avait la queue à la porte pour ses consultations !

Tous les bénévoles sont très satisfaits de l’accueil et des conditions d’exercice de leur mission. Accompagnement au français, coaching vers l’emploi, accès aux soins, animation d’ateliers, les besoins sont immenses … Envie de contribuer ?  contactez nous !

Information ASPE : ouverture d’atelier de français, septembre 2020

ATELIER de FRANÇAIS à partir du mois de  septembre

Attention , cette activité est suspendue en raison de la crise sanitaire 

L’ ASPE, Association Solidarité Pour l’Emploi propose des Cours de Français dans ses locaux,

21 – 23 Mail des cuverons, 92220 Bagneux*

Durant le dernier trimestre 2020, deux cours simultanés seront ouverts les jeudi après-midi, de 14h à 16h. La première date est le jeudi 24 septembre.

Cette organisation sera ensuite poursuivie et éventuellement aménagée en fonction de la demande, et des obligations sanitaires.

Ces cours sont gratuits et ouverts à tous.

Pour plus de renseignements, pour vous inscrire, ou bien pour proposer vos services bénévoles pour cet enseignement,

Vous pouvez vous présenter à l’ASPE durant ces horaires,

ou bien vous mettre en rapport avec les professeurs au Tél. : 06 83 01 98 84.

  • A proximité immédiate du quartier des Blagis, accéder en face du Plus Petit Cirque du Monde

Un accompagnement vers l’intégration: juillet 2020

De Mossoul à Bourg la Reine

carte itinéraire Mossoul Bourg La ReineAprès avoir fui les combats de Mossoul, réfugiés à Qaraqosh, puis à Erbil au Kurdistan, sans espoir de retour chez eux, les parents et deux de leurs enfants sont arrivés en France en février 2018 et à Bourg la Reine au mois de mai de la même année.

Première tâche pour ces arabophones : apprendre le français, sésame pour une intégration réussie. Notre association ADS-BLR, sollicitée par Habitat et Humanisme qui les loge aux Sources, m’a demandé de suivre particulièrement le fils de 22ans. Il prenait des cours de français pour réfugiés mais l’idée était de l’entraîner à la conversation pour qu’il soit le plus vite possible en capacité d’entreprendre une formation et de trouver du travail.

Sa mère se joint à nous puis sa jeune sœur qui, après une année en classe d’initiation au français au collège La Fontaine, entre en septembre 2019, en Seconde « CAP vente » au lycée professionnel de Meudon. 

Après deux années en France, ils sont de plus en plus autonomes, prêts à s’investir dans la vie sociale et économique. Le jeune homme travaille dans un restaurant, les parents envisagent de trouver une activité salariée, la jeune fille continue ses études. Une belle rencontre, un partage, la naissance d’une amitié… En savoir plus…

Nos actions de soutien individuel en 2019

Quel résultat pour les actions de soutien individuel en 2019 ?

Le soutien individuel a mobilisé 26 bénévoles pour 592 heures de soutien individuel, plus 45 heures pour les permanences. Nous avons répondu à toutes les demandes exprimées. Le nombre d’heures effectuées par bénévole est très variable, de 10 à 50 heures.

Nous avons pris en charge 57 personnes (19 personnes de Auxilia, 16 du FJT, 6 de l’UEMO, 3 de Les Sources, 4 de MECS, et 9 personnes d’ADS), auxquelles il faut ajouter les 26 personnes venues aux permanences. Notons que 9 jeunes ont bénéficié du soutien de plusieurs bénévoles pour couvrir le champ de compétences demandées (jusqu’à 5 bénévoles pour un même bénéficiaire) ou pour suppléer les absences.

Soutien scolaire
Il est exercé principalement pour FJT, UEMO, MECS, mais notons deux soutiens pour la préparation de CAP à Auxilia. Les soutiens concernaient les matières suivantes : math, physique, biologie, français, histoire-géo, espagnol, anglais, petite enfance.
Des résultats notables ont été obtenus : sur les 4 étudiants soutenus pour leur BAC, 3 ont réussi :  1 BAC général série S, 1 Bac Technologique ST2S en candidat libre suivi d’une admission en BTS, 1 BAC professionnel ASSP avec mention Bien suivi d’une admission en formation d’infirmière.
1 Bac pro de gestion-administration,1 brevet et 2 CAP n’ont pas été obtenus ; notre aide aura néanmoins permis de remettre les jeunes au travail pour poursuivre leurs études.
Tous les jeunes du FJT n’ayant pas eu d’examen à passer ont réussi leur année et peuvent poursuivre leurs études au niveau supérieur, et leur contrat d’apprentissage pour les alternants.

Coaching professionnel
Sur les 14 personnes accompagnées, il y a eu 1 CDI signé, 1 CDI en cours de négociation, 3 contrats temporaires (CDD ou mission interim), 1 contrat d’apprentissage, 3 en formation (BTS, école infirmière, CAP).

Aide informatique
7 ont été soutenues dans la pratique de l’usage de l’ordinateur. Ce soutien a été très varié : utilisation du mail, clé USB, gestion fichier, google  photo, Word… . Il a parfois été associé à un appui pour la recherche d’emploi ou les démarches en ligne. Le soutien a été réalisé soit sur la base des ordinateurs d’ADS, soit sur les ordinateurs personnels des demandeurs.

Pratique du français
5 personnes (des adultes et 1 jeune scolarisé) ont été aidées pour le perfectionnement du français ou son perfectionnement. Une belle réussite pour un candidat soutenu pour perfectionner son français, essentiellement sa prononciation, et qui a obtenu son diplôme d’infirmier.

Convention avec le Foyer Jeunesse (FJT) en février 2017

Solidarité ….

Les cours de Français Langues Étrangères et le soutien scolaire ont repris depuis Septembre 2016 au Foyer des Jeunes Travailleurs de Bourg-la-Reine.  10 bénévoles interviennent pour aider des jeunes en Français, histoire/géo, math, physique/chimie, droit/gestion et anglais.

Une convention de partenariat pour l’intégration et la réussite scolaire des résidents vient d’être signée.

%d blogueurs aiment cette page :