Égalité Femmes Hommes

L’accès à la contraception et l’IVG a évolué , café-débat 29 mai 2021

Restitution de l’enquête auprès d’étudiants sur leurs connaissances et leurs perceptions en matière de contraception et d’IVG.

Plus de 5 ans après le  40e anniversaire de la Loi Simone Veil,  l’accès à la contraception et l’IVG a évolué. Qu’en est-il des droits actuels au contrôle des naissances ? Les techniques en matière d’IVG ont-elles évolué ?  Existe-t-il de nouvelles méthodes pour la contraception féminine et masculine ? En savoir plus…

Spectacle à l’Agoreine pour l’égalité filles-garçons, 8 juin 2021

Un projet inter-écoles de sensibilisation à l’égalité filles-garçons

Durant l’année scolaire qui se termine, le groupe Égalité Femmes Hommes (EFH) de l’ADS a accompagné trois enseignantes qui ont réalisé avec leur classe des projets portant sur l’égalité entre les filles et les garçons.

Ce travail a permis la rencontre des élèves d’Edwige Lebrun (classe de CE2A et CM1, école Lallier à L’Haÿ-les-Roses), Géraldine Lorenté (classe de CE1A Jules Verne à Châtenay-Malabry) et Cécile Thuillier (classe de CM1B, école République à Bourg-la-Reine).

Tout au long de l’année, les élèves ont échangé de manière épistolaire, réalisé des dessins et exposés et le 8 juin dernier, devant une salle enthousiaste, ils ont donné un spectacle à l’Agoreine avec le soutien de la mairie de Bourg la Reine.

Maryse Langlais, maire adjointe déléguée à l’éducation et Raymonde Awono, conseillère municipale déléguée à la prévention et à l’égalité femmes/hommes avaient invité des classes des écoles Faïencerie et Pierre Loti à y assister.

Afin de respecter les mesures sanitaires et notamment les demi-jauges, nos acteurs en herbe se sont produits matin et après-midi. Contrainte à laquelle ils se sont prêtés bien volontiers! Une journée entière donc, consacrée à la sensibilisation de la nécessaire égalité entre les filles et les garçons et qui a concerné au total plus de 200 enfants !

Aux dires des enseignantes, c’est une expérience que les élèves ont beaucoup appréciée. Pour notre part, nous sommes convaincues que la fierté d’être les créateurs d’un spectacle décuple, chez ces enfants, la portée du message d’égalité entre les filles et les garçons qui doit conduire à une société donnant aux femmes leur juste place. Une expérience à renouveler qui nous l’espérons suscitera des projets analogues associant d’autres enseignants de Bourg la reine !

Compte-rendu du Café-débat sur les « Stéréotypes de genre », 27 avril 2021  

Regards de lycéen(nes) sur les stéréotypes de genre 

Le débat, animé par Christophe du groupe EFH, a démarré par une introduction sur ce que sont les stéréotypes de genre et leur importance dans notre société contemporaine : un stéréotype de genre est une idée préconçue ou une opinion toute faite qui a pour effet de réduire les particularités, les capacités ou les potentialités d’une fille ou d’un garçon. Différents exemples de stéréotypes connus ont été donnés. Il a terminé son introduction en mentionnant que le sujet des stéréotypes de genre est un thème central pour avancer notamment sur le chemin de l’égalité fille-garçon. 

 Lou, lycéenne a ensuite fait part de ses constats et de son analyse des stéréotypes de genre présents au lycée. Elle a invité deux de ses camarades à témoigner avec elle ; ils ont mis en évidence les conséquences de ces stéréotypes pour les filles et les garçons. Globalement, ceux-ci ne favorisent pas une mixité fille-garçon épanouie et libérée. Ils agissent comme des contraintes à travers lesquelles les jeunes doivent adapter leurs attitudes et comportements entre jeunes ou en classe, leur apparence corporelle, vestimentaire pour se conformer à une norme acceptée par le groupe. Ces contraintes peuvent avoir des conséquences délétères importantes telles que le harcèlement qui peut survenir lorsqu’une personne se trouve d’une manière ou d’une autre jugée « hors-norme » par les autres.  Ces stéréotypes pèsent (fortement) sur l’estime qu’ont les jeunes de leurs propres capacités scolaires et déterminent largement l’orientation scolaire des jeunes entre filières scientifiques ou littéraires.  

S’en est suivi un débat nourri par de nombreuses réactions et échanges entre les participants de toutes générations. 

Un temps de discussion a ensuite été consacré à la formulation de proposition d’actions visant à lutter contre les stéréotypes de genre. 

Vous trouverez, en cliquant sur le lien suivant, le compte rendu détaillé de ce café-débat qui reprend les nombreux exemples cités, le contenu des échanges et la teneur des propositions mises en avant. 

Compte-rendu du café débat sur les stéréotypes de genre 

Vidéo de l’ADS, Mai 2021

Les coulisses d’un tournage

Comment et par qui cette proposition a-t-elle été avancée ? Nul ne s’en souvient, ce devait être à une époque très lointaine, sans doute en mai 2020, car cette réunion du conseil d’administration nous réunissait autour d’une table, masqués quand même.

Cherchant des idées pour mieux faire connaître objectifs et missions de l’ADS, quelqu’un lança:

« Et pourquoi ne pas faire une vidéo à diffuser sur différents forums ou différentes réunions? »

Un autre répliqua:

« Quelqu’un a-t-il déjà tourné une vidéo? »

équipe de projet vidéo
Equipe de projet

Aucune main ne se leva. Un petit groupe se saisit pourtant de l’idée et, avec pour seule connaissance sur le sujet qu’une vidéo ne doit pas dépasser 6 minutes pour maintenir l’attention, un vague plan de travail est rapidement élaboré dès la fin du mois de juin : Isoler les principales missions de l’association, rédiger un premier script pour rythmer cette présentation, sélectionner quelques intervenants et surtout se trouver un réalisateur pour profiter d’un soutien technique car aucun de nous n’a effectivement de connaissances pratiques sur la réalisation d’une vidéo.
Wei Ying a immédiatement l’idée de contacter l’IUT de Sceaux, fidèle partenaire de l’ADS, pour solliciter la coopération technique des étudiants en communication.

Tout va alors assez vite….

En savoir plus…

Café-débat : Les stéréotypes de genre

Dans une société qui prône l’égalité Femme-Homme, les stéréotypes de genre persistent dans les mentalités. En effet les jeunes générations sont toujours confrontées à des normes sociales liées à leurs genres. Dès lors que nous nous extirpons de ces stéréotypes en quête d’affirmation d’identité, nous nous exposons au harcèlement puisque la tendance générale décide que ce n’est pas normal… Dans l’inconscient collectif, ces stéréotypes sont véhiculés par l’ensemble de la société notamment à travers les réseaux sociaux, l’éducation, et l’école. Pour briser les codes, il faut en parler.

Invitation de la Ligue des Droits de l’Homme : samedi 27 mars 2021

Les oubliées, privées de liberté.

Parlons des femmes dans les lieux de privation de liberté

Visioconférence le Samedi 27 mars 2021 de 14h à 17h

Les sections de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) de L’Haÿ-les-Roses Val-de-Bièvre et du Kremlin-Bicêtre ont le plaisir de vous inviter à la visioconférence consacrée à la condition des femmes dans les lieux de privation de liberté, hélas ! nombreux : établissements pénitentiaires, établissements de santé, locaux de garde à vue et de rétention, centres éducatifs fermés…
La privation de liberté ne doit pas signifier privation de droits.
Trois thèmes  seront abordés :
– Les oubliées, dans les prisons
– Les oubliées, dans les centres de rétention administrative
– Les oubliées, dans les hôpitaux psychiatriques

Tout le programme ici

Pour s’inscrire : ldh-lhay-valdebievre@ldh-france.org

Une artiste à l’honneur : journée internationale des droits des femmes : 8 mars 2021

H3llly une artiste contemporaine à découvrir 

Pour cette journée internationale des droits des femmes, nous mettons une artiste à l’honneur !

 H3llly partage ses émotions avec ses pinceaux et ses mots .. de loin, vous en avez plein les yeux avec ses peintures éclatantes de lumière, et quand vous vous approchez pour découvrir ses mots, c’est le frisson garanti.
H3llly nous offre des tableaux plein de vie certains si actuels  comme « En manque »…, elle partage aussi ses luttes  « Drame de dames« , « Libre« , « Breathe« , ..
Découvrez une oeuvre complète avec la voix de H3llly : https://youtu.be/I7ZaLc8G7rk  ou encore https://youtu.be/oLwTtFipv9o

Que dire de plus, vivez un moment de plaisir et d’émotion en allant voir l’exposition en cours au Crédit Mutuel de Bourg-la-Reine, elle vaut vraiment le détour, et au moins ce lieu est ouvert (du mardi au samedi, visites à deux personnes maximum à la fois).

 resized-preload

Libre
Parce que la colère
Ne laissera pas de goût amer…
Bavarde ou silencieuse
Elle s’affirme irrévérencieuse
Elle est amour, force et fierté Sans honte ni culpabilité
Avec des flammes, avec des fleurs,
Sa révolte se mène sans fadeur
Elle lève le poing ou pointe ses seins
Pour que l’impuissance ne soit plus au féminin

Les droits des femmes, un combat international au long cours, 8 mars 2021

Pour ADS, le 8 mars, c’est toute l’année

Le 8 mars, c’est la journée internationale pour les droits des femmes et à cette occasion de nombreuses actions sont organisées partout dans le monde . Mais le combat pour l’égalité femmes-hommes et les droits des femmes est mené toute l’année :

  • Pour que les femmes puissent disposer de leur corps en accédant librement à la contraception et en recourant si besoin à l’IVG ;
  • Pour que les femmes soient indépendantes économiquement et libres de conduire leur vie comme elles l’entendent ;
  • Pour qu’elles bénéficient effectivement des mêmes droits que les hommes ;
  • Pour mettre un terme aux violences à leur encontre.

S’il y a des avancées certaines, beaucoup reste à faire. C’est pourquoi ADS a retenu comme l’un de ses objectifs fondateurs ce combat pour l’égalité femmes-hommes. Un groupe permanent conçoit et organise des actions d’information, de sensibilisation et de promotion en ce sens.

Ce groupe est ouvert à tous, venez nous rejoindre.femmes hommes égalité

Parmi les actions en cours cette année :

  • La rédaction d’un document destiné à expliquer et mieux faire connaître les démarches a conduire pour les femmes victimes de violences ;
  • Un projet inter école menée par trois enseignantes avec leur classe pour sensibiliser leurs élèves à l’égalité filles garçons et à lutter contre les stéréotypes de genre ;
  • La préparation d’un évènement sur l’accès à la contraception et l’interruption volontaire de grossesse qui s’appuiera notamment sur une enquête réalisée par les étudiants de l’IUT de Sceaux ;
  • La perspective d’un évènement autour des BD réalisées par des auteures en partenariat avec la librairie « l’infinie comédie » de Bourg la Reine.

Et réjouissons-nous que beaucoup s’empare du sujet, nous vous signalons :

Et à Bourg-la-Reine, vous pourrez voir deux tableaux sur les violences faites aux femmes à Exposition peinture-poésie H3llly , 26 janvier – 5 mai 2021

Anne Sylvestre, «  une femme qui chante » décembre 2020

Un héritage féministe

Le témoignage de Marie

Dans un premier temps, je ne voulais pas ajouter ma voix aux nombreux hommages posthumes, à ceux qui découvrent l’importance de quelqu’une, de son œuvre quand elle décède. Surtout en ce qui concerne Anne Sylvestre mise au ban de beaucoup de médias pendant des années ou réduite à une compositrice de chansons pour enfants, aussi chouettes soit elles.
Et puis j’ai eu envie de vous dire, de partager combien cette «femme qui chante», comme elle aimait à se définir, cette poète avait accompagné ma vie de jeune femme adulte, de mère, aujourd’hui de grand-mère, bref toute ma vie de femme, de mon engagement féministe à mon quotidien (souvenirs de couple, de maman…..).
Je me suis aussi aperçue qu’en lisant ou écoutant certains témoignages de nombreuses femmes mais aussi de quelques hommes emprunts le plus souvent d’une forte émotion, nous avions été nombreux à avoir été irrigué des chansons de cette artiste amoureuse des mots, profondément féministe, même si elle ne brandissait aucun étendard .
Alors j’ai eu envie de vous dire : écoutez, réécoutez, faites connaître les chansons d’Anne Sylvestre pour qu’elles restent bien vivantes dans la mémoire collective et dans notre patrimoine culturel .

Portrait Anne SylvestreADS a choisi des chansons d’Anne Sylvestre pour illustrer les thématiques abordées lors de deux des évènements publics préparés par le groupe égalité femmes hommes d’ADS :

« Non tu n’as pas de nom » à l’occasion des 40 ans de la loi Veil à l’espace Kessel de Bourg la Reine et « Douce maison » interprétée lors de l’événement sur les violences envers les femmes au Centre social et culturel des Blagis à Sceaux.

%d blogueurs aiment cette page :