Tous les articles d'ADS BLR

Tous les articles !

Covid-19 : service d’entre-aide

Adhérents/Bénévoles d’ADS : mise en place d’un service d’entraide

Les mesures de confinement à partir du mardi 17 ont des conséquences pour tous et en particulier pour les personnes les plus fragiles d’entre nous :
difficulté pour faire ses courses (queues devant les magasins) et isolement.

Par ailleurs ceux d’entre nous qui gardent à domicile leurs enfants ou petits-enfants peuvent avoir des difficultés pour assurer un relai scolaire à la maison.

Aussi nous mettons en place un « service » d’entre-aide : c’est Michel Pays qui en assure la coordination : 0659548290 (Michel PAYS paysmi@orange.fr)

Faites nous part soit de vos demandes d’aide ou de soutien, soit de votre offre de service !!

Bon courage

Michel et Arnaud

Conférence Apprendre/Grandir autrement organisée par Colibris ValléeSud 92- 24 juin 2020

Apprendre/Grandir autrement

Le groupe local Colibris ValleeSud92 a pour vocation de réunir tous les citoyens et acteurs locaux qui ont envie de participer au changement à travers des initiatives locales.  Ce mois de juin, il organisait un cycle de conférence en ligne « Préparer Demain » auquel nous avons participé, sur le thème Apprendre / Grandir Autrement.  Invités avec « Le plus petit cirque du Monde » et « La bibliothèque Sonore de Fresnes », chacun a pu expliquer ses pratiques alternatives ou complémentaires d’apprentissage,  et sa façon de répondre aux enjeux sociétaux.

ADS, représentée par Wei-Ying Thang et Michel Pays, a présenté ses modes d’action permettant de donner une seconde, voire une troisième chance à des publics défavorisés ou en difficulté, en l’illustrant par un exemple concret.  Merci au Groupe local Colibris ValleeSud92 pour son invitation qui nous a permis de créer du lien avec d’autres associations !

Retrouvez le support de la conférence  et la vidéo https://vimeo.com/432401188. 

Les ateliers de loisirs créatifs reprennent ! 16 mai 2020

Un atelier terrarium à Auxilia  

Quel plaisir pour les résidentes du Centre d’hébergement et réinsertion Auxilia de retrouver Christine, cette fois pour la réalisation d’un terrarium. 

Atelier Terrarium Auxilia

En cet fin d’après-midi, 7 adultes et 2 enfants ont vite rejoint les tables de l’atelier pour créer ces mini-jardins avec beaucoup d’enthousiasme. Chacun-e a pu choisir ses plantes et petites pierres décoratives … et un peu plus d’une heure après, passée à remplir son pot avec la terre, la mousse, le charbon actif et pour finir les plantes et les pierres , quelle fierté de repartir avec un bel objet qui pourra décorer leur chambre.

Une résidente a soufflé « je l’emporterai quand je quitterai le centre … »

Atelier Terrarium à Auxilia

Une façon de se projeter dans l’après … la vie à Auxilia n’étant qu’un passage, auquel chaque bénévole contribue à sa façon. Merci Christine !

 

Conférence Apprendre / Grandir Autrement – 24 juin 2020

Aide à l’insertion, apprendre autrement

Apprendre et réussir … Donner une deuxième, voire une troisième chance, oui c’est possible ! Nous sommes invités au cycle de conférence « Préparer Demain » organisé par le groupe local Colibris ValleeSud92 durant ce mois de juin. Nous intervenons sur le thème Apprendre / Grandir Autrement, centré sur les pratiques alternatives et complémentaires d’apprentissage, d’accompagnement individuel / collectif et de réponses aux enjeux sociétaux.

Les invités : Le Plus Petit Cirque du Monde (Bagneux), BLR Dynamique et Solidaire, et La bibliothèque Sonore de Fresnes.

Mercredi 24 juin à 20h30, conférence en ligne

Pour recevoir le lien de connexion, écrivez nous :

adsblr92340@gmail.com

valleesud92@colibris-lemouvement.org

Les inégalités de genre au coeur de la crise du Covid-19 : avril 2020

Les femmes principales actrices mais aussi premières victimes

Les inégalités de genre sont au cœur de la pandémie du Covid-19, comme le montre un article de Messilia Saidj dans le magazine en ligne féministe 50-50, en s’appuyant sur une analyse de Malika Bennabi, psychologue clinicienne et maîtresse de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne. La psychologue explique notamment les raisons qui ont conduit à une explosion des violences psychologiques et même physiques au sein des foyers pendant le confinement.

Espérons que cette crise permettra à tous d’ouvrir les yeux sur la nécessité de construire une société plus égalitaire.  C’est le sens des actions du groupe Egalité Femmes-Hommes de notre association.

Voir l’article de Messilia Saidj

Exposition Portraits de Femmes – Amnesty-International – Mars 2020

Courage des femmes défenseures des droits humains

Amnesty International section Val-de-Bièvre avait exposé 13 portraits de femmes militantes pour les Droits Humains lors de la conférence du 3 mars 2020 Les droits des femmes dans le Monde.  Cette exposition est un hommage rendu au courage de ces femmes, le plus souvent victimes avant de devenir des exemples de la lutte des femmes pour la reconnaissance de leurs droits.

Cette exposition s’est tenue du 10 mars au 12 juin 2020 dans la galerie des Colonnes, square Jean-Baptiste Colbert à Bourg-la-Reine. Pour que l’on n’oublie pas ces femmes, voici quelques mots sur chacune : (certains portraits proviennent de l’exposition BRAVE d’Amnesty et sont notés par un astérisque *).

ATENA DAEMI*

Iranienne, née en 1988, Atena Daemi milite très tôt sur les réseaux sociaux pour le respect des droits humains, et en particulier contre la peine de mort qui concerne chaque année des centaines de personnes en Iran. Arrêtée en 2014, condamnée à diverses peines dont 7 années de prison après un procès expéditif de quelque quinze minutes, Atena Daemi, toujours incarcérée, et après avoir engagé plusieurs grèves de la faim, continue ses appels pour un respect des droits humains, malgré les violences et mauvais traitements dont elle est victime.

YASAMAN  ARYANI

Iranienne, Yasaman Ariani, 24 ans, actrice, a enlevé publiquement son voile en plein centre de Téhéran, avant de distribuer des fleurs aux femmes à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, le 8 mars 2019. Arrêtée, elle a été condamnée en août 2019 à 16 ans de prison, puis transférée dans l’une des prisons les plus sévères du régime, où, depuis octobre 2019, ni sa famille ni son avocat n’ont pu obtenir de ses nouvelles.

AURA LOLITA CHAVEZ

Guatémaltèque, membre du Conseil du peuple Maya-Quiché, Lolita milite pour l’autodétermination du peuple Quiché, la reconnaissance de la diversité des peuples et plus particulièrement  pour la reconnaissance des droits des femmes Quiché, un combat popularisé déjà en 1992 par la remise du prix Nobel de la paix  à Rigoberta Menchu. En 2017, Lolita est finaliste pour l’obtention du prix Sakharov pour la liberté de pensée. Décerné par le parlement européen dominé par les députés de droite, le prix sera finalement remis à « l’opposition démocratique du Venezuela ».

GERALDINE CHACON*

Vénézuélienne, née en 1993, directrice adjointe de la Fondation « Ambassadeurs Communautaires », une ONG venant en aide aux jeunes défavorisés, Géraldine Chacon a été arrêtée en février 2018 . Adoptée comme prisonnière d’opinion par Amnesty, elle a été placée en liberté conditionnelle en juin 2018, après une grève de la faim en compagnie de 18 autres codétenues pour dénoncer leurs conditions d’incarcération. Sans être formellement inculpée, la jeune avocate est sous le coup d’une interdiction de quitter le Venezuela.

MARIELLE FRANCO*

Brésilienne, née en 1979 à Rio de Janeiro, Marielle Franco, représentant une coalition du parti socialisme et liberté et du parti communiste, est élue conseillère municipale de sa ville natale en 2016.  Militante des droits humains, en particulier des droits LGBT, luttant contre la violence policière dans les favelas, Marielle Franco est assassinée en mars 2018 dans le centre de Rio. Fin 2019, après l’arrestation de deux anciens membres de la police militaire, le Président brésilien, Jaïr Bolsonaro, a été soupçonné d’avoir menacé le commissaire de police de Rio pour entraver l’enquête.

NOIRA CANDELO RIASCOS

Colombienne, Noira Candelo Riascos est  la  porte-parole de « Asomamiwata », une association des femmes entrepreneures afro-colombiennes, sur la côte Pacifique de la Colombie. Les accords de paix entre les FARC et le gouvernement colombien, aujourd’hui dominé par une droite dure, sont loin d’être appliqués.  La défense des droits humains, du droit des femmes et du respect du territoire des communautés afro-colombiennes, entraîne une violence quotidienne dont sont particulièrement victimes les femmes.

YECENIA ARMENTA GRACIANO

Mexicaine, âgée de 39 ans,  Yecenia Armenta est arrêtée en juillet 2012 sur la route de l’aéroport par des policiers en civils  qui la séquestrent, la torturent et  la violent pour lui faire avouer le meurtre de son mari. Ce n’est que lorsque ces policiers menacent de torturer également ses enfants qu’elle signe des aveux. Après plusieurs expertises et procès, Yecenia Armenta Graciano est enfin acquittée en 2016. Soutenue par Amnesty, elle va alors consacrer son énergie à dénoncer les actes de violence pratiqués en toute impunité par la police, redonnant espoir aux victimes toujours incarcérées.

VITALINA KOWAL

Ukrainienne, originaire d’Oujgorod, près de la frontière hongroise,  Vitalina Kowal est une homosexuelle qui s’assume, participant à la création d’un centre d’entraide pour la communauté LGBT de sa ville. Malgré d’importants progrès depuis la première marche des fiertés en 2013, les manifestations LGBT, mieux protégées par la police, sont encore fréquemment attaquées par des groupes d’extrême-droite qui, en 2018, ont blessé Vitalina en l’aspergeant de peinture. Cela n’a fait que renforcer son combat et lui a apporté des soutiens de toute l’Europe.

PAVITRI MANHJI*

Indienne, membre de la communauté autochtone Adivasi, dans le centre de l’Inde, Paviti Manhji a été élue cheffe de son village et se consacre à la lutte de sa communauté pour faire reconnaître leurs droits sur leur terre, alors que des projets d’installation de centrales électriques et autres entreprises ont entraîné menaces et intimidations de mercenaires pour déloger les habitants. L’activisme de Pavitri lui a permis de rallier plusieurs soutiens qui font aujourd’hui pression sur les autorités indiennes pour que soit reconnu le droit élémentaire à la terre pour sa communauté.

SOPHIE BEAU

Française, ancienne collaboratrice de Médecins sans frontières, spécialiste de la gestion de programmes humanitaires, Sophie Beau a créé le mouvement « SOS Méditerranée » avec Klaus Vogel, capitaine de la marine marchande allemande, pour venir en aide aux migrants après l’arrêt de la mission italienne « Mare nostrum ». Leur premier navire, l’Aquarius, va permettre le sauvetage d’environ 30000 personnes  avant d’être immobilisé pour des raisons juridiques. Sophie Beau, toujours déterminée, a réussi à relancer cette mission avec un second navire, l’Ocean Viking, qui a déjà permis le sauvetage de plusieurs milliers de personnes au large des côtes libyennes.

GULZAR DUISHENOVA*

Kirghise, Gulzar Duishenova est victime en 2002 d’un accident de la route qui lui fait perdre l’usage de ses jambes. Elle découvre alors le profond ostracisme dont sont victimes au Kirghizstan les handicapés, le plus souvent considérés comme des malades incurables. Dans cette petite république d’Asie centrale, où les femmes ne sont pas toujours reconnues comme des citoyennes à part entière, elle réussit pourtant à mobiliser des milliers de personnes pour la défense des droits des handicapés dans la vie sociale et économique, pour finalement obtenir en  2019 l’adoption par le parlement d’une loi facilitant la mobilité et l’intégration sociale des handicapés.

NAWAL BENAÏSSA*

Marocaine, mère de famille engagée bénévolement pour l’aide aux femmes victimes du cancer, Nawal Benaïssa, révoltée dans l’âme, est devenue spontanément porte-parole des rassemblements du mouvement de protestation Hirak al Chaabi pour obtenir plus de justice et de liberté dans le Rif marocain, après l’incarcération de son leader, Nasser Zefzafi. Harcelée à son tour, arrêtée plusieurs fois depuis 2017, Nawal Benaïssa a été condamnée à 10 mois de prison avec sursis et a dû fuir en Europe où elle a obtenu l’asile politique aux Pays-bas pour poursuivre son combat.

NONHLE MBUTHUMA*

Sud-Africaine, Nonhle Mbuthuma fait partie de la communauté Amadiba, installée depuis longtemps  dans la région de Pondoland.  En 2007, pour structurer la lutte contre un projet d’extraction minière d’une société australienne qui menace d’expulsion plus de 500 personnes, Nonhle Mbuthuma a cofondé le comité de crise Amadiba pour réunir la population de cinq villages menacés. Après l’assassinat du leader de ce mouvement, menacée de mort à son tour, elle est devenue porte-parole de cette lutte, ce qui l’oblige à vivre pratiquement clandestinement, protégée par des gardes armés.

MARIA

À l’âge de 13 ans, Maria (pseudonyme) a été forcée de se marier avec un homme de 70 ans qui avait déjà cinq épouses. Maria a marché pendant trois jours et parcouru près de 170 km pour trouver refuge dans un centre d’accueil pour jeunes filles. Elle a fini par rentrer chez elle. Après une intervention de la police, elle a été libérée de son « mariage » et vit à présent dans sa famille. Elle espère aller à l’école un jour. Au Burkina Faso, plus de la moitié des filles sont forcées de se marier bien trop jeunes. Certaines ont à peine 11 ans. Le pays figure au septième rang mondial pour le mariage des enfants : 52 % des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. C’est un scandale qui ne doit pas être oublié.

Exposition Evelyne Courbon – prolongation jusqu’au 16 septembre !

« Inspiration » – des tableaux tout en couleurs et en nuances

Affiche exposition Evelyne Courbon


Vous n’avez peut-être pas eu la chance de voir « Inspiration », l’exposition d’Evelyne Courbon, démarrée le 14 mars 2020 au Crédit Mutuel de Bourg la Reine ?  Pour vous laisser le temps, l’exposition est prolongée jusqu’au 16 septembre ! 

Venez découvrir ou re-découvrir les oeuvres d’Evelyne Courbon, artiste peintre scéénne. Laissez vous transporter par les couleurs chaudes de ses tableaux et cherchez l’ombre qui se dessine derrière les traits.

Vous pourrez  entrer à la caisse du Crédit mutuel en respectant les consignes de la caisse : pas plus de 3 clients à l’intérieur, attendez dehors la sortie d’un client si besoin, portez un masque, désinfectez vous les mains en arrivant avec le gel mis à disposition, et conservez une distance d’au moins un mètre avec les autres.

Lieu : Crédit Mutuel, 54 avenue du Général Leclerc, Bourg-la-Reine 

Exposition Evelyne Courbon – prolongation jusqu’au 16 septembre

Vous n’avez peut-être pas eu En savoir plus…

Exposition de peinture d’Évelyne Courbon du 7 mars au 14 mai 2020

Nous avons la chance d’accueillir En savoir plus…

ADS Info 10

Nos actualités Janvier-Avril 2020

Le début d’année nous paraît bien loin, et la survenue du Corona virus a naturellement perturbé notre vie quotidienne et la vie de l’association, comme elle a perturbé la vie de tous les Français. Malgré cela, notre petit journal garde son rythme de parution, et vous verrez que fort heureusement, beaucoup de choses ont eu lieu juste avant le confinement. Et bien sûr nous ne sommes pas restés inactifs pendant le confinement, des bénévoles ont même confectionnés des masques pour le CHRS et le CHU Auxilia qui ont été fort utiles pour le personnel et les résident.es … 

Voici le numéro 10 d’ADS Info

Pour lire les numéros précédents … 

Spécial Covid-19 : information de « Stop à l’alcool »

Stop à l’Alcool : Le groupe de parole hebdomadaire se poursuit en visio-conférence !

Avec l’inquiétude et l’isolement dus au confinement, sans parler de la multiplication des apéros virtuels, la consommation de l’alcool peut devenir problématique. L’association Stop à l’Alcool, qui anime un groupe de parole chaque mercredi 20h toute l’année, continue sur ce rythme, en visio-conférence. Pour en savoir plus …

%d blogueurs aiment cette page :